Soutenance de la thèse de Laurine Bogaert sur la modélisation du pressage en continu du colza

Laurine Bogaert entourée du jury
Laurine Bogaert entourée du jury

Vendredi 8 décembre, Laurine Bogaert présentait ses travaux de doctorat devant un jury présidé par M. Jean-Louis Lanoisellé (Université Bretagne Sud)

Le jury était composé de :

  • Mme Patricia Arlabosse, professeur, école des mines d’Albi-Carmaux
  • M. Pierre-Yves Pontalier, maître de conférences, école nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques, Toulouse
  • M. Abdellatif El Badia, professeur des universités, université de technologie de Compiègne
  • M. Jean-Louis Lanoisellé, professeur des universités, université de Bretagne-Sud, Lorient
  • M. Alain Quinsac, ingénieur recherche et développement, Terres Inovia, Pessac
  • M. Houcine Mhemdi, enseignant chercheur, école supérieure de chimie organique minérale, Compiègne
  • M. Eugène Vorobiev, professeur des universités, université de technologie de Compiègne
  • Membre invité : M. Mathieu Janowski, responsable bureau d’études, Olexa, Arras
Cette thèse était financée avec le concours du FASO et de l’ANRT par OLEAD qui a servi d’entreprise d’accueil.
L’ensemble des travaux réalisés dans le cadre de cette thèse a permis d’améliorer la compréhension du procédé de pressage à différentes échelles, avec l’étude du fonctionnement global de la presse, de l’écoulement de la matière et du comportement mécanique du gâteau durant la compression. Les connaissances générées représentent, un apport scientifique important grâce à l’identification des phénomènes de compression, mélange, relaxation et reflux. D’autre part, sur le plan technologique, la contribution est également d’un intérêt majeur, grâce au développement de méthodes de diagnostic de l’écoulement et de vérification des bilans matière. Les travaux de modélisation, bien que basés sur des modèles développés pour le pressage discontinu, ont permis de décrire le pressage continu par une approche phénoménologique. Les équations de bilans de matières développées constituent un bon outil de prédiction des performances de la presse et pourraient se révéler d’un grand intérêt pour les triturateurs.